Les Terreaux, Les pentes et le Plateau de la Croix-Rousse


Les Terreaux

Départ de la Place des TerreauxLyon-1-Terreaux-Place-2003-05-10
Sur cette place, à l’époque romaine, le Rhône confluait avec la Saône. La ville était alors de l’autre côté de la Saône dans le Vieux Lyon d’aujourd’hui. Place des Terreaux, il y avait un village qui s’appelait Condate. Les fossés des fortifications du 13e siècle (les « Terreaux ») ont donné leur nom au quartier et à la place.

L’Hôtel de Ville. Sa construction commença en 1646.

Admirez la fontaine Bartholdi : commandée par Bordeaux au sculpteur de la statue de la Liberté, elle a « atterri » à Lyon, face à l’Hôtel de Ville. La fontaine a été déplacée au milieu de la place lors de son aménagement sous Michel Noir et de la construction d’un immense parking souterrain.
Lyon-1-Terreaux-Place-Fontaine-Bartholdi

Entrez dans la cour du Musée des Beaux-Arts et profitez quelques instants de la tranquillité et de la paix de cette cour arborée en plein centre de Lyon.

Lyon-1-Terreaux-Palais-Saint-Pierre-Jardin-2003-05-10

les Pentes

Puis prenez la rue Sainte-Marie des Terreaux (à côté de la pharmacie) .
Longez de nombreux kebabs et traversez la rue Sainte-Catherine, surnommé la « Rue de la soif », avec ses bars de nuit.

Monter les escaliers jusqu’à une petite place. Ce seront vos premiers escaliers au flanc des pentes avant beaucoup d’autres jusqu’en haut de la colline : ils permettent d’aller d’un immeuble à un autre et sont caractéristiques des Traboules des Pentes.

Prenez à droite sans entrer sur la place. Entrez dans une cour : elle ressemble à une cour italienne avec ses arbustes.

Sortez à l’opposé et débouchez dans la rue des Capucins et tournez à gauche. Continuez tout droit jusqu’aux feux, traversez et continuez par la rue Sergent Blandan jusqu’à la place Sathonay. Une des plus belles de Lyon : vivante toute l’année et plus encore l’été. En haut de la place, un escalier mène au Jardin des Plantes et à l’Amphithéâtre des Trois Gaules. Au centre de la place, une statue du sergent Blandan, tué bravement en Algérie durant la conquête coloniale (sur son piédestal est inscrite la phrase qu’il prononça à ses collègues).

Lyon-1-Sathonay-place-statue-2005-06-09

La Mairie du 1er arrondissement est au fond de la place, à gauche de l’escalier. C’était un local où l’on « nursait » les plants avant de les transplanter dans le Jardin des Plantes, avant que celui-ci ne fut déménagé au Parc de la Tête d’Or. De part et d’autre de l’escalier, 2 lions en bronze, fondus au Creusot, d’où jaillit un filet d’eau.

Lyon-1-Sathonay-place2

Sur cette place vous pourrez faire escale dans l’un des meilleurs glaciers de Lyon, Les Enfants Gâtés, avec sa belle et tranquille terrasse ou dans la cave voutée du café librairie le Tasse Livre (menu ardoise à 13 Euros).

Quittez la place en prenant la rue Poivre à côté du commissariat. Continuez jusqu’aux escaliers au fond de la rue et montez jusqu’à la rue Terne. Allez jusqu’au 7 de la rue et appuyez sur le bouton portier et entrez dans votre première vraie Traboule.

Négligez les odeurs de pipi et montez les marches des escaliers, usées par les nombreux passages. Au milieu de la Traboule, derrière une grille, entrevoyez un escalier à la cage ouverte, comme de nombreux escaliers lyonnais.

Sortez Montée de la Grande-Côte.
Cette montée, entièrement refaite récemment, est devenue magnifique, notamment lorsque le soleil anime les façades aux multiples tons d’ocre : de nombreuses petites boutiques d’arts et d’artisans, des librairies alternatives et des bars branchés et cosys.

Lyon-1-Pentes-Grande-Cote-montee1

Redescendez de quelques mètres jusqu’au numéro 95 de la montée de la Grande Côte et découvrez la première coopérative ouvrière de France « Le commerce véridique et sociétaire ». Basée sur les idées utopistes du penseur et économiste du début du 19ème siècle, Fourier, elle palliait aux conditions de vies extrêmement difficiles des familles d’ouvriers les Canuts en proposant des aliments à prix coûtants.

Lyon-1-Pentes-Grande-Cote-cooperative

Au 19e siècle le quartier regroupait une grande partie des Canuts de Lyon : des dizaines de milliers d’ouvriers travaillant au domicile de Maîtres Canuts. Ceux-ci avaient installé à leur domicile des métiers à tisser, les Bistanclaques (onomatopée du bruit qu’ils faisaient). Ces appartements étaient très hauts de plafond pour permettre d’y construire les métiers à tisser. Ils ont été reconvertis, de nos jours, en appartements « Canuts », souvent complétés d’une mezzanine. Les maisons plus riches se signalent par des fenêtres à meneaux.

Montez la montée de la Grande Côte. En arrivant rue Burdeau, si vous êtes amateur de photos et peinture actuelles, jetez un œil sur les galeries d’art contemporain.

Lyon-1-Pentes-Burdeau-Montee-du-Perron2

Tournez à gauche et redescendez quelques dizaines de mètres puis remontez jusqu’à l’Amphithéâtre Romain des Trois Gaules. Cet amphithéâtre constituait une partie du sanctuaire des Trois-Gaules. Sainte Blandine fut massacrée ici pour ses croyances.
Chaque 1er août se réunissaient ici les représentants des 60 nations des Trois Gaules : elles présentaient leurs doléances qui étaient transmises à Rome. Rome y manifestait aussi son autorité à travers un culte religieux en l’honneur de l’Empire et de l’Empereur : des fêtes, des joutes de poésie, des sacrifices s’y déroulaient.

Lyon-1-Pentes-Amphitheatre1

Montez ensuite l’escalier, sur le flanc droit de l’Amphithéâtre. En dessous de vous, se trouve le tunnel routier qui monte à la Croix-Rousse, sur l’emplacement d’une des 2 Ficelles (funiculaires) qui montaient à l’assaut de la colline. La municipalité actuelle avait promis, lors de précédentes élections, d’y construire un système pour remonter les vélos jusqu’en haut de la colline. Pas de suite pour l’instant…

L’escalier se finit rue des Tables Claudiennes. Tournez à droite et continuez jusqu’à la montée de la Grande-Côte et reprenez l’ascension de cette montée qui s’élargit pour se transformer en Jardin de la Grande-Côte.

Lyon-1-Pentes-Grande-Cote-Jardin2-2005-06-09

En haut des escaliers du jardin, vous débouchez sur l’un des plus beaux points de vue de Lyon : vous pouvez profiter de la vue jusque sur la Saône et le Vieux Lyon, accoudé à la rambarde dominant une belle glycine..

Lyon-1-Pentes-Grande-Cote-vue1-Fourviere-2004-06-13Tournez à droite dans la rue Jean Baptiste Say puis continuez dans la rue Général de Sève qui se prolonge par des escaliers qui descendent sur la Place Colbert.

En bas de la place entrez dans la Cour des Voraces un symbole lyonnais. Construite vers 1840 : bel exemple d’une architecture populaire dite « canuse ». Les Voraces sont un groupe d’ouvriers qui fomentèrent des insurrections républicaines (1848-1849).

Lyon-1-Pentes-Cour-Voraces2

Descendez les escaliers de la cour. En bas de la Traboule, tournez à droite et débouchez dans la Montée Saint Sébastien : en face La Maison Villemanzy (restaurant avec terrasse panoramique) et un petit parc avec une vue plongeante sur Lyon et le Rhône.

Le Plateau de la Croix Rousse

Le quartier révolutionnaire au 19° siècle et désormais « bobo-populo »

Remontez la Montée Saint Sébastien jusqu’au sommet. Vous débouchez sur la nouvelle Esplanade du Gros Caillou aménagée lors de l’installation d’un parking souterrain. Le Gros Caillou mérite son nom : il a été extrait de la colline qui est en fait une moraine (un tas de cailloux) amené des Alpes par l’extrême avancée d’un glacier lors d’une époque antérieure.

Lyon-4-Croix-Rousse-Gros-Caillou-esplanade

Au bout de l’esplanade, descendez par de larges escaliers, traversez la rue Mottet de Gérando et débouchez sur la Place Bellevue. Vue plongeante sur : le Rhône et ses eaux vert sombre ; le Pont de Lattre au débouché des tunnels de la Croix-Rousse (un pour les voitures, l’autre pour les vélos et les piétons) juste en-dessous ; les Berges du Rhône nouvellement aménagées avec leurs nombreux Vélo’v et rollers, tout le sixième arrondissement, et plus loin Villeurbanne et ses Gratte-Ciel bien visibles. A gauche découvrez aussi le Parc de la Tête d’Or avec son lac et ses îles.

Copyright (2014 ) Daniel F Valot

Le Mur des Canuts
Adresse : Boulevard des Canuts, Lyon 4.
Ce mur peint de 1200 m2 est plus connu de Lyon et aussi le plus grand d’Europe. Dans cette fresque en trompe l’œil on découvre de vrais habitants du quartier, un faux escalier qui monte dans la façade, des boutiques…. Le Mur en est à sa troisième version (1987, 1997, 2013) : des personnages ont vieillis, de nouveaux sont apparus. Dans le passage sous le mur, découvrez les versions antérieures.

Lyon-4-Croix-Rousse-mur-peint-Canuts2-2013

La Maison des Canuts
Adresse : 12 Rue d’Ivry, Lyon 4.
Cette maison offre des visites commentées payantes (50 minutes) permettant de voir fonctionner de vrais métiers à tisser d’époque.
Du lundi au samedi de 10h00 à 18h30. Visite commentée à 11h à 15h30.

Lyon-4-Maison-des-Canuts1

Statue des Amoureux chantant le Chant des Canuts
Adresse : 119 boulevard de la Croix-Rousse, Lyon 4, dans le jardin attenant à la mairie.
Statue réalisée en 1984 par Georges Salendre.
Ce chant composé par Aristide Bruant en 1894 est devenu emblématique des ouvriers canuts.
Pour chanter Veni Creator
Il faut une chasuble d’or.
Nous en tissons
Pour vous grands de l’Eglise,
Et nous pauvres canuts
N’avons pas de chemise.
C’est nous les canuts,
Nous allons tout nus.

Lyon-4-Croix-Rousse-Canuts-statue1